AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noxya Mistborn [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vampire Originel
avatar
Messages : 112
Age : 67

MessageSujet: Noxya Mistborn [Validé]   Lun 16 Fév - 17:33




Présentez-vous


Prénom & Nom: Noxya Mistborn [Pseudonyme]
Sexe: Féminin
Âge:  Inconnu
Race: Vampire
Allégeance: Ombres

Groupe: Reflet des Ombres
Rang: Vampire Originel
Métier: Aucun



Description physique




Les apparences sont parfois bien trompeuses. La vérité est, qu’en dépit de bien des choses, l’illusion magnifique et si bien réalisée en apparaît crédible. Certains prétendent que les meilleurs mensonges contiennent systématiquement une part de vérité, et celui-ci ne fait probablement point exception à cette idée. Comment peut-on alors désigner un être aussi énigmatique que celle qui répond au pseudonyme de Noxya Mistborn ? La réponse est très simple : on ne peut pas. On pourrait le faire, mais simplifier une telle description reviendrait à insulter l’exquise créature qu’elle est. Un prédateur est doté d’armes naturelles afin de se nourrir, telle est la constante voulue par la nature, et Nox ne fait point partie des cas particuliers.

Sa frêle silhouette à la taille de guêpe cache une force surprenante, en aucun cas d’origine naturelle car elle provient de sa transformation. Dans les faits, une telle puissance lui permet de pouvoir chasser et se nourrir, mais aussi à se défendre ou combattre quand le besoin s’en fait sentir. Envoûter un humain en étant dotée d’un tel corps n’est pas un exploit des plus compliqués, cependant, certains se montrent méfiants et donc, la manière la plus simple pour elle de parvenir à ses fins demeure la force et la rapidité caractéristique de ceux de sa race. Bien qu’on ne puisse en définitive pas la décrire comme belle, Noxya possède un charme certain, allant bien au-delà des stupides considérations charnelles. La courbe de ses hanches, sa poitrine menue mais délicieusement arrondie et ses jambes longues et fuselées lui attirent les attentions de bien des membres du sexe opposé, surtout parmi les humains, ses proies de prédilection. Naturellement, ces derniers apprennent alors bien souvent à leurs dépens que de telles merveilles cachent d’atroces vérités. Pour dire vrai, l’envoutant corps de Noxya pourrait être parfaitement humain s’il ne conservait pas cette éternelle jeunesse, ce visage figé sur une vingtaine d’années.

Noxya dégage une constante aura d’une confiance en soi absolue, et son visage arbore quasiment en permanence une expression déterminée. L’apparente finesse de ses bras et de ses jambes dissimule avec élégance ses talents de bretteuse et de guerrière. « Souvent imitée, rarement égalée » avait osé un jour l’un des sorciers des reflets des ombres. Son talent lame à la main affecte d’ailleurs une partie de son apparence, puisqu’elle privilégie une garde-robe n’entravant jamais ses mouvements. Toute sa morphologie reflète la physionomie d’être tourné vers des talents martiaux poussés à l’extrême dans un domaine tout particulier. Sa démarche et sa manière unique de se mouvoir, dans une totale économie d’efforts remarquable, indique à quel point ses compétences sont hautes. Inconsciemment et naturellement, Noxya se meut en réduisant drastiquement la quantité de surface de son corps qu’elle expose. Toujours légèrement de profil, elle ne se met face à une personne qu’uniquement si son interlocuteur lui paraît sans danger.

Cette nature guerrière se manifeste même jusqu’à son visage. Ses cheveux blond argentés, bouclés et coupés relativement courts sont maintenus en place par une savante coiffure les empêchant de lui retomber devant les yeux. Son visage, séculaire, n’exprime que peu de sentiments, mais parfois peut-on y déceler une pointe d’amusement, de surprise ou d’énervement. Malgré son centenaire maintenant dépassé, Noxya possède un visage de jeune femme n’ayant pas encore atteint la trentaine. Seuls ses cheveux, d’un argent liquide du plus pur, témoignent de son âge extraordinairement avancé, selon les critères humains. Ses yeux, d’une teinte ambrée, apportent une touche de couleur miel à son visage pâle et délicat. Taillés de manière raffinée et délicate, son nez et ses pommettes lui confèrent des allures aristocratiques et de noblesse innée. Bien qu’elle ne soit certainement pas belle ni même jolie, son minois n’en demeure pas moins attirant, et ses longs cils ajoutent encore une dimension des plus séduisantes à son regard mystérieux.

Les longues dents, canines typiques et communes des vampires, sont chez elle très discrètes, et nettement moins impressionnantes que celles de ses congénères. Le trait particulier du physique est, en réalité, ses lèvres. Délicatement ourlées et régulièrement entre-ouvertes d’un petit sourire cynique. Leur originalité réside toutefois en leur teinte, puisqu’elles sont d’un vermeille riche et opulent. Une telle couleur n’étant pas naturelle et son origine inconnue, personne ne sait donc ce qui a provoqué une telle coloration. Quant à Noxya, elle se contenterait de répondre, si on le lui demandait, qu’elle s’est badigeonnée les lèvres de sang humain par pur plaisir. Nul ne sait si cela est vrai ou pas, car bien peu sont ceux qui l’ont embrassée, et moins encore sont ceux qui y ont survécu. Aussi cela restera un mystère.

Noyxa n’étant pas extraordinairement amoureuse de la luxure, les seuls bijoux qu’elle porte sont d’une simplicité affligeante pour quelqu’un de son importance au sein des reflets des ombres. Elle possède deux anneaux à chaque oreille, dépareillés. A gauche, deux simples anneaux d’argent, de taille et largeur différente, le plus grand en dessous de son semblable plus fin. A droite, un clou d’oreille en ébène, taillé en prisme à facettes, et un nouvel anneau, en jade cette fois-ci, gravé de motifs et taillé pour ne pas être circulaire mais octogonal. Accroché à une chaînette d’argent, un pendentif pend sur sa gorge blanche à la peau satinée. Il s’agit d’une simple gemme d’ambre en forme de goute, enchâssée dans un support d’argent griffant ses bords arrondis. Noxya porte également trois bagues, une perle blanche montée sur un anneau d’argent au majeur de la main gauche, un anneau noir au pouce droit et enfin, son préféré, un anneau extraordinairement fin et complexe. Le motif est un tressage de trois brins, un d’argent, un d’ébène et le dernier de jade. Plus encore que le dessin, c’est la prouesse de la réalisation qui plaît à Noxya.





Description psychologique




Il est difficile de vivre sans savoir quoi que ce soit, et ça l’est encore plus lorsque l’on ne se souvient absolument plus de rien. Le paradoxe de Noxya Mistborn se situe quelque part au moment où, à l’aide d’une odieuse et maléfique magie, elle se retrouve transformée en vampire, un des originels. Les immenses pouvoirs qui lui sont conférés à cet instant ne peuvent occulter le plus grand traumatisme qu’elle a jamais subi : l’amnésie. En recevant cette puissance, durant ce que l’on pourrait appeler sa « seconde naissance », tout le reste a été effacé. Tous ses souvenirs envolés, elle ne sait ni qui elle était, ni même comment elle était. Sa seule certitude immédiatement après la transformation était que jamais plus elle ne pourrait se considérer comme humaine. D’une certaine manière, cela était perturbant, mais aussi également étrangement grisant, comme si posséder de telles aptitudes lui faisait occulter une majorité du reste. Cependant, cette puissance amène avec elle de nouveaux sentiments et des sensations inédites jusqu’alors et qui, par le biais simple de l’ambition et de l’attrait pour le résultat facile, altèrent parfois la personnalité.

N’ayant aucun souvenir de ce qu’elle était autrefois, il est donc ici plus judicieux de décrire ce qu’est Noxya à l’heure actuelle, bien plus que de la comparer à la jeune femme qui, un siècle plus tôt, était transformée par magie en une vampire. Le processus l’ayant rendue amnésique, elle n’a comme souvenir que son existence de vampire, rien de plus. Ainsi, son premier aspect, et le plus important, est qu’elle est infiniment curieuse de son propre passé, mais aussi de toute la période dont elle a été la contemporaine. Au-delà de l’aspect uniquement personnel, ce sont toutes les connaissances acquises durant son enfance qui se sont évaporées.

La première chose très importante consiste à exposer un fait simple : elle ne considère pas avoir vécu une « seconde naissance », au contraire. Elle estime avoir été tuée durant le processus, et bien qu’elle ne soit ni rancunière ni n’éprouve de désir de vengeance envers qui que ce soit, elle ne peut s’empêcher de songer à ce qu’elle aurait pu être sans cela. En marge de telles pensées, Noxya s’autorise donc à des parts d’inhumanité bien plus extrêmes que ses congénères, en partie car être une créature aussi surnaturelle le lui permet, mais également parce qu’elle n’est plus « humaine ». Selon sa vision des choses, être un vampire est une malédiction, mais aussi la meilleure chose qui puisse arriver à un être sans raison de vivre, puisqu’il obtient alors une éternité de servitude envers les ombres. D’une certaine manière, c’est ce qui lui est arrivé. Ainsi, cette immortalité lui permet alors de bénéficier de tout le temps nécessaire pour répondre à la question qui hante ses jours et ses nuits depuis près d’un siècle : Qui était-elle avant de devenir un vampire ? Paradoxalement pourtant, elle chérit sa liberté nouvelle, son libre arbitre et la confiance en elle de pouvoir changer le monde, ou presque. Découvrir donc son ancienne identité devient alors un objectif secondaire, car ses caprices passent en priorité absolue durant une période, avant qu’elle ne revienne à certaines interrogations. Ces intimes convictions font donc d’elle un personnage capricieux, arrogant, hautain et somme toutes détestable. Noxya en est venue à n’aimer qu’elle seule, à respecter qu’une petite poignée d’êtres, et aucun d’entre eux sont d’ordinaires humains.

Son égoïsme notoire ne participe du reste pas à l’antipathie générale qu’on peut lui attribuer. Cette très longue liste de défauts mène ainsi à une réputation sulfureuse de vampire originel irascible, impitoyable, violent et exceptionnellement intolérant. Cependant, ce sont ces aspects qui en font un être craint et respecté par l’ensemble de son organisation, si cela peut être décrit par ce terme, mais aussi apprécié par les sorciers, ses créateurs. La détermination dont Noxya fait preuve lorsqu’elle a un objectif en font un être redoutablement efficace et qui ne perdra jamais son but, focalisant son esprit là-dessus jusqu’à y développer une obsession maladive. Malgré toute cette abnégation dont elle peut faire preuve, tout échec est vécu comme un drame, et le seul moyen de laisser court à sa frustration reste invariablement identique depuis cent ans : un carnage, ensuite de quoi, revigorée par une éruption de violence brute, elle redevient bien plus souple et moins intransigeante avec elle-même. Outre cela, Noxya n’est probablement pas quelqu’un que l’on peut qualifier d’intelligent, mais plutôt de rusée et retorse. Exploiter points faibles et user de la surprise font partie de ses processus préférés.

Et à l’exact opposé de tout cela, il y a un personnage totalement différent, une facette qu’elle ne montre que rarement, et ce principalement parce qu’elle en a honte. Sous la carapace monstrueuse qu’elle s’est forgée, on peut alors découvrir une Noxya sensible et délicate, cultivée et passionnée d’histoire, d’arts et de littérature. Du peu que l’on sait d’elle, l’originelle écrit des poèmes quand l’envie lui prend, et il lui arrive de se rendre dans certaines cités pour y déambuler sans but précis. Le paradoxe est alors que l’ambivalence et la dualité de sa personnalité en font un être proprement à part, prisonnier autant par son propre caractère que par sa mémoire défaillante, tellement déficiente qu’elle en est obligée de tenir un journal non-pas intime, mais une sorte de carnet de voyage où elle consignera toutes ses pensées, de peur qu’elles aussi disparaissent dans les méandres capricieux de son subconscient.





Histoire




« Qui suis-je ? »

Ces quelques mots ont étés jetés au milieu de la première page d’un journal intime. Leur vice est de poser une question dérangeante, qui obnubile son auteur depuis sa première prise de conscience, cent ans auparavant. Cette interrogation devient alors une drogue, un nécessaire pour combler un vide immense et tenter de remplir le gouffre béant laissé par un passé disparu. Vivre sans passé, d’une certaine manière, correspond à ne plus avoir ni attaches ni origine et oublier devient alors un moyen de s’effacer du monde. Lorsque l’on a une éternité à vivre, cette perspective apparaît comme bien désagréable car si l’on ne peut pas réellement craindre la vieillesse en elle-même ni même la mort de cause naturelle, qu’est-ce qui serait assez terrifiant pour que l’un des vampires originels soit à ce point traumatisé ?

Ne pas savoir qui on est et ne pas comprendre ce que l’on est. Et surtout, ne plus se rappeler qu’on les a soi-même écrits, ces mots que l’on découvre en ouvrant un journal d’apparence anodine et qui pourtant renferme mon passé entier, ou du moins ce dont je me souviens.

Voilà qui est perturbant n’est-ce pas ? Ignorer tout de son passé et devoir consacrer son avenir pour tenter de le découvrir n’est pas ce que l’on pourrait considérer comme un passe-temps intéressant. Et pourtant, c’est ce qui m’occupe depuis maintenant un siècle. Courir après une histoire que je ne connais pas. Malgré tout, ce n’est peut-être qu’une farce, une facétie de ma destinée. Je n’en sais rien et je n’ai pas envie de le savoir.

Outre ces questions que je me suis posées aujourd’hui, il ne s’est rien passé de nouveau. Les ombres restent les ombres, et moi je reste un vampire. Cependant, je commence à douter de ce que nous faisons, et ce serait plutôt agréable d’en connaître un peu plus au sujet de ce que nous ferons dans un futur à moyen-court terme. Mais je m’égare.

J’ai découvert récemment toute une série de petites informations qui pourraient conduire à une piste sur mon ancienne identité, il faudra donc que je m’y intéresse quand je disposerai du temps pour le faire. En attendant, plusieurs tâches requièrent mon concours. Comme à chaque fois, toutes les informations ont été écrites sur les schémas à la fin du journal.

Si jamais tu découvres ces lignes pour la première fois, chère Noxya, c’est que tu as encore oublié une partie de ce que tu as vécu. Heureusement, ton toi du passé a pris ses précautions pour que tu puisses conserver une bonne partie de que tu savais avant que tout ne s’efface. Surtout, tu ne dois jamais omettre de tout consigner dans ce journal.

Soignes-toi et continues cette quête,

Toi, il y a quelques jours.


***


Je ne sais pas quoi penser. Plus j’avance et plus je perds ma mémoire. C’est comme si l’on effaçait tout ce que je sais au fur et à mesure. Aussitôt mes traces laissées, un coup de balai les renvoie aux oubliettes. J’aimerais tellement pouvoir être normale, ou en avoir la sensation. Je cours après des chimères depuis si longtemps que même la réalité commence doucement à m’échapper, à se flouer et à s’alambiquer. Aussitôt écoulé, le présent devient passé et s’en retrouve alors potentiellement oublié sitôt même qu’un nouvel instant fait son apparition.

Pour la première fois, je me sens perdue…


***

« Noxya Mistborn est la raison pour laquelle les Ombres ont commencé à me fasciner.

C’est elle qui, pour des raisons incompréhensibles pour le jeune adolescent que j’étais, attirait mon esprit et mes fantasmes. Oh. Loin de là l’idée qu’elle me plaise, bien au contraire c’était ce sentiment latent de peur qui jaillissait d’elle en une aura terrifiante qui me passionnait. Imaginer un moustique qui, par ignorance, est attiré par la lampe à huile d’une taverne. Il tournera autour jusqu’à ce qu’elle s’éteigne ou qu’il se grille contre. Dans mon cas, l’allégorie peut être également valable. Cet être mystérieux, aperçu pour la première fois assise sur le toit d’une maison de mon Ekalesias natale, m’a immédiatement convaincu qu’il se passait des choses bien au-delà de l’appréhension, et qu’elles ne méritaient qu’à être découvertes.

Dès cet instant, elle a été le centre de toutes mes pensées durant de longues années, et la revoir la nuit durant, un éclair vif signifiant une vitesse inouïe était la seule chose perceptible…Parfois elle s’arrêtait, comme pour vérifier une direction ou guetter quelque chose. Parfois encore, elle se retournait régulièrement, comme si elle était pourchassée. A l’époque, je ne savais ni qui elle était, ni ce qu’elle était. En vérité, ma naïveté m’avait fait imaginer qu’il s’agissait d’une elfe, une telle qu’évoquées dans les légendes orales que l’on se transmet. Bien naturellement, ce sont les charmes d’une sirène qui dissimulent l’atroce réalité, ce que j’étais alors bien loin de deviner.

Puis un jour elle disparut et ne revint plus jamais.

Son absence était d’abord un énorme vide dans ma vie, car je n’avais alors rien eu d’autre d’extraordinaire à raconter et à partager, bien plus encore…Je n’avais rien d’autre du tout. Mon entourage imaginaient que j’étais devenu soudainement fou, que j’avais perdu la raison en ayant vu des fantômes du passé. Certains me conseillèrent d’oublier cette histoire, d’effacer de ma mémoire qu’un être surnaturel avait, bien involontairement et durant une courte période, partagé mon quotidien. Cela signait simplement le début d’une quête, la recherche d’une vie entière pour un homme obsédé.

La retrouver prit un temps phénoménal. Ce qui était au départ une idée déraisonnable basée sur un fantasme qui l’était encore moins devint une mission quasi sacrée que je m’étais fixée des années auparavant. Cela dura si longtemps que j’en perdis le compte de mon âge, puis un jour, l’inimaginable se produisit.

Ce n’est ni par vanité ni par arrogance que j’expose maintenant ce que je vais dire : je pense que c’était mon destin de la retrouver. Après avoir entendu parler d’horribles meurtres, d’une organisation maléfique que peu connaissaient et que moins encore osaient nommer, je tombai nez-à-nez avec le monstre. Immédiatement, elle captura mon regard du sien, des yeux à la teinte si particulière que je n’ai pu détourner mes propres iris. J’eus alors la confirmation que les récits disaient donc vrai en découvrant ses canines quand elle m’accueillit sobrement de la phrase suivante :

"-Je t’attendais. "

Aussi idiot que cela puisse paraître, je n’ai pu quitter cet être fascinant, tourmenté et profondément mauvais un seul instant. Alors même qu’elle adressait la parole pour la première fois, elle m’enchaînait à elle, entraînant par-là ma propre damnation.

Et pourtant, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une erreur, bien au contraire. Jamais elle n’a tenté de me dévorer, me tuer ou me brutaliser. Peut-être se rappelait-elle du petit garçon qui l’admirait assis dans les caniveaux. L’unique chose que jamais je ne pus comprendre était alors une impression amère que j’appris à reconnaître…

Pourquoi avait-elle donc l’air si triste ? »


Extrait du journal d'un membre des Reflets des Ombres*



NB: Le membre en question fera l'objet d'un prédéfini en temps voulu










Hrp


Ton nom: Raf, Nox, peu importe  
Ton âge: 22  
Comment as-tu trouvé le forum? Par un petit oiseau venu me voir
Combien de temps penses-tu consacrer au forum? Rien du tout Very Happy
As-tu des commentaires: Laissez moi finir ma présentation tranquille.
Veux-tu un parrain/marraine? Owi j'veux Nord !
Quel est le code:
Auto-validation hehehe



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murmure
avatar
Messages : 149
Localisation : Lathor

MessageSujet: Re: Noxya Mistborn [Validé]   Mar 24 Fév - 19:21

Eh bien pour ma part... Je dirai que c'est une très belle fiche qui mérite ma validation ! (en tout cas rien ne m'a sauté au yeux qui mériterait que Theo te fouette!)

(Sauf ces phrases si loooooongues... Oui je t'embête 8D)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire Originel
avatar
Messages : 44

MessageSujet: Re: Noxya Mistborn [Validé]   Mer 25 Fév - 17:49

Je ne te ferai pas patienter plus longtemps! Très belle fiche, j'adore ton style d'écriture. Tu es validée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Noxya Mistborn [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Noxya Mistborn [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parrainages validés par le Conseil Constitutionnel
» La fusion! C'est validée par le CM aujourd'hui
» Pétition pour sauver les labos de proximité
» SMSL : le projet des salariés validé
» A Vous de Juger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des JoueursTitre :: Présentation des Personnages :: Validés-