AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Evert Royer [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reflet
avatar
Messages : 8
Age : 23

MessageSujet: Evert Royer [Validé]   Mer 25 Fév - 14:58




Présentez-vous


Prénom & Nom: Evert Royer
Sexe: Homme
Âge:  24 années humaines et 10 années vampiriques
Race: Vampire
Allégeance: Reflets des Ombres

Groupe: Reflets des Ombres
Rang: Reflet
Métier: Ex-tueur en série



Description physique



Le vampire fait plus jeune que son âge. Déjà parce que c’est un vampire donc il ne vieillit pas, mais surtout parce que Evert a un de ces visages qui fait paraître plus jeune. Peut-être qu’on lui donnerait vingt-deux ans plutôt que vingt-quatre, mais pas plus. Son visage est en effet très fin et efféminé : ses lèvres sont assez pulpeuse, son nez fin et ses sourcils discrets pour un homme. Si ce n’était pour sa pomme d’Adam, un peu de maquillage sur sa peau pâle et sans défaut pourrait lui permettre de se faire draguer dans les tavernes – et un peu d’alcool ferait oublier ce détail problématique.

Son absence de barbe lui a souvent valu des moqueries et il a peu de poils de manière générale sur son corps. Il a des petites oreilles souvent cachées derrière ses cheveux noirs longs d’une dizaine de centimètres, coupés de manière très inégale par ses soins – c’est plus facile de couper comme ça qu’au ras du crâne – et souvent attachés pour éviter des mèches gênantes qui retomberaient devant ses yeux clair.

Outre cela, Evert n’a pas été gâté en ce qui concerne son corps. Il faut dire qu’il ne l’a jamais entrainé et il ne doit sa minceur qu’à son ancien manque d’appétit et un métabolisme qui l’aimait bien. Plus petit que la moyenne, il mesure un mètre soixante-huit pour soixante-deux kilos. Malheureusement pour lui, cela fait qu’il inspire très difficilement de la crainte, et encore moins de la terreur. Il est donc difficile d’être pris au sérieux et il ne doit sa force supérieure à la moyenne humaine qu’au fait d’être un vampire. Il se bat néanmoins plutôt bien à mains nues et suit actuellement un entraînement à l’épée courte gracieusement offert par un membre des Reflets. Loin donc d’être un combattant affirmé, sa technique préférée pour se battre reste l’élément de surprise et les cibles plus faibles que lui. Sa seconde technique préférée est la fuite, s’il voit qu’il ne peut pas gagner, car même s’il apprécie les combats et faire couler le sang, il est loin d’être suicidaire.

Il apprécie les couleurs tape-à-l’œil, même si cela fait de lui une cible facile, et les vêtements sophistiqués qu’il portait quand il était noble. Il doit néanmoins généralement se rabattre sur des chemises et pantalon en tissu bas de gamme à cause de sa nouvelle condition. Il se voit aussi contraint de porter des bottes, de préférence avec des talons pour paraître un peu plus grand et compenser sa faiblesse physique apparente, bien qu’il aime ses anciennes petites chaussures en cuir blanc pas du tout adaptées pour la marche et encore moins pour la course. Il porte parfois une armure en cuir quand il sait qu’il va devoir se battre mais il préfère de loin le confort du tissu et compte sur sa rapidité pour esquiver les coups - et le combat - le rendant assez vulnérable lors d’attaques surprises.

À sa fine ceinture est accrochée une épée courte et des bourses dissimulant des pièces d’or dont il ne se sert plus beaucoup aujourd’hui, souvent volées à ses victimes. Il a aussi toujours un couteau sur lui, qu’il soit mis en évidence à sa taille ou bien caché par exemple en dessous de ses brassards ou dans ses bottes. Evert aime aussi ce qui brille et il a un bracelet que les connaisseurs pourront noter comme étant fait d’or, héritage de son passé où l’argent n’était pas souvent une contrainte.

Quant à lui, il revêt la plupart du temps un sourire franc – montrant parfois maladroitement ses dents pointues au passage – qui lui vaut de sembler sympathique. Et il l’est, tant que vous êtes de son côté. Evert aime rire et s’amuser avant toute chose, et aucune corruption des Ombres ne pourrait changer ça. Un côté assumé ressort ainsi de lui et le vampire a un air sûr de lui qui inspirerait confiance dans les moments où des problèmes risqueraient d’arriver.




Description psychologique



« Evert » ça vient de « sanglier courageux ».

Ses parents espéraient sans doute avec ce nom en faire un combattant fier et brave pour son peuple, un fils dont ils pourraient se vanter, et pour lequel ils verseraient une petite larme en regardant des peintures de lui et en pensant au fait qu’il est actuellement dans une caserne à s’entrainer, sinon sur un champ de bataille. Ils ont échoué, mais ça ne le rend pas moins intéressant. Enfin, intéressant pas exactement dans le bon sens du terme. Disons qu’il a du caractère, c’est certain.

Nous allons commencer par ses qualités, ça sera rapide : Evert est sociable et il ne fait pas vraiment attention à qui sont les gens avec qui il discute, que ce soit des mendiants ivrognes ou de puissants chevaliers, et part sans préjugé vers les autres. Il n’est aussi pas très rancunier, entre autre parce qu’il ne sait pas voir sur le long terme, que ce soit une qualité ou un défaut cette fois, ce qui lui permet de profiter de la vie au jour le jour mais aussi de se retrouver facilement dans l’embrouille le lendemain.

Je vous avais dit que ça allait être rapide. D’un autre côté, Evert n’est pas très intelligent. Il le parait parfois mais c’est seulement grâce à tout le temps libre qu’il passe à attendre dans le noir où il peut réfléchir – ça a ses avantages d’être immortel – et il a donc des raisonnements plutôt aboutis. Avant qu’il ne passe tout ce temps à réfléchir, c’est-à-dire avant qu’il ne devienne un vampire, il était au contraire très immature et ne pensait qu’à s’amuser et jamais aux conséquences. Ce manque de jugeote le rend très influençable et c’est un jeu d’enfant de l’amener à penser comme on le voudrait.

À côté de ça, l’homme est raciste, il n’a eu que peu de contacts avec les autres races, malgré la ville portuaire où il vivait, et porte des préjugés à leur égard, les trouvant trop « bizarres » par rapport à lui – il aime encore moins les thériantropes (« du sud ou du nord, c’est pareil ») depuis sa transformation et il les trouve fourbe pour être aussi proche des humains physiquement. Très attaché à sa zone de confort, en noble protégé qu’il était dans sa vie d’inconscience, il se plaint facilement quand il faut voyager et faire des efforts et ce malgré la force qu’il a acquise avec sa transformation.

Evert était apathique, c’est-à-dire qu’il trouvait inintéressant ce qu’il arrivait aux autres, tant qu’il parvenait à son gain personnel. Un manque de passion et de motivation l’a longtemps poursuivi au cours de sa vie et il s’est réfugié dans des activités interdites pour ressentir, son côté inconscient aidant bien et lui permettant de trainer avec des gens peu recommandés sans avoir trop peur lorsqu’il l’aurait dû.

En parallèle, des pulsions se sont développées chez lui, qui lui donnaient envie de faire du mal, de se sentir supérieur, de ressentir la puissance, quelque chose. Il s’est mis à tuer, sa cible de prédilection étant les jeunes femmes, de façon spontanée sans jamais y réfléchir à deux fois. C’était souvent au détour d’une rue ou en les attirant dans des endroits déserts, à l’abri des témoins, et il a eu la chance de ne jamais se faire surprendre. Cela ne veut pas dire qu’il aime se battre, simplement qu’il a un goût pour le sang et la violence, ses victimes n’étant jamais en mesure de se défendre contre ses attaques rapides et sournoises. Il n’est donc pas du tout fair-play et préfère un combat gagné d’avance à un où il faut défendre chèrement sa vie.

On peut dire que c’était un type pas très clair. Mais comme la majorité des vampires, sa transformation a eu un effet sur sa façon d’être et d’éprouver les choses. La sensibilité accrue de ceux-ci l’a particulièrement frappé, sans doute parce qu’il ne ressentait presque rien auparavant.

Ces émotions étranges qu’il a du mal à comprendre l’ont rendu pour le moins excentrique. Le jeune vampire est souvent confus et il a du mal à définir ce qui est née en lui. Le souvenir de sa transformation lui est particulièrement douloureux à cause de toutes les choses qu’il a ressenti à cette période, en repensant à son passé et en devenant conscient de ce qui l’entourait. Ces émotions, particulièrement celles qu’il ressent quand il repense à ses victimes ou quand il doit tuer pour se nourrir, il l’a interprété comme de l’amour.

Cet amour perverti a amené avec lui une vision pour le moins étrange du romantisme et de la recherche de l’amour parfait qui le motive aujourd’hui. Il n’est pas rare de le voir pensif devant des poèmes, chansons ou livres relatant d’amour passionnel, de prince charmant et autres histoires qui feraient pleurer les fleurs bleues. Son excentricité le mène à vouloir copier cette vision de l’amour et du prince charmant et de voler des traits de la personne en question. De la même façon, il lui arrive de vouloir se travestir en femme et de partir cette fois à la recherche du prince charmant. Ainsi il ne sera pas rare de le voir imaginer un amour entre lui et sa victime. Il lui arrive aussi d’imaginer fréquemment que des personnes pas du tout intéressées par lui sont amoureuses et d’éprouver de la peine pour elles.

Le bon côté des choses est que sa nouvelle personnalité amène surtout des qualités dont il manquait cruellement jusque-là. Sa sociabilité s’est couplée à de la sympathie et il recherche aujourd’hui le contact d’amis pour l’entourer et se sentir mieux, plus à l’aise et plus en sécurité. Il est ainsi devenu plus sincère et est même assez loyal et empathique envers les gens qui le méritent, c’est-à-dire ceux qui ne profitent pas de lui et l’apprécient sincèrement.

Sa transformation ne l’a donc pas réellement corrompu, comme s’il l’était déjà auparavant et que les Ombres ne s’étaient qu’un peu plus disciplinées. Il a évidemment toujours des envies soudaines de faire du mal, de faire couler et boire du sang ainsi que de semer la mort sans ressentir vraiment de la compassion – peut-être une pointe de culpabilité maintenant –, sinon un mélange de bien-être, de puissance et de jubilation.




Histoire



« Il était une fois, en Ekalesias, un bel homme et une belle femme qui s’aimaient très forts et eurent 4 enfants. L’ainé était un garçon sérieux qui voulait faire plaisir à sa famille et être le noble admiré et aimé de tous. Le second – moi – était né deux ans plus tard et était le garçon qui voulait profiter de la vie, inconscient qu’il était grâce à son grand frère qui prenait toutes les responsabilités. Un troisième garçon vint une année plus tard mais il mourut à quatre ans d’une maladie infantile. Enfin, une fille, trois ans après, qui prit la vie de notre mère à sa naissance et s’en est toujours sentie coupable. Elle mit un point d’honneur à être irréprochable en guise de rédemption – mais je n’ai jamais vraiment fait attention à elle donc je ne pourrais pas trop dire si elle l’est vraiment, quoiqu’elle eut l’air de respecter son crédo.

« Mon père était dévasté, il fit appeler les meilleurs médecins de l’empire et dépensa une fortune mais rien n’y fit, ma mère mourut quand même, épuisée par la mise en couche. Il parvint à ne pas en vouloir à sa fille et à s’occuper de nous du mieux qu’il le pouvait. Ma mère je ne me rappelle pas d’elle, j’avais quatre ans, il y a juste mon père qui me racontait qu’elle était magnifique quand je lui demandais. Ça ne l’a pas empêché de se remarier quelques années plus tard, dans une union qui fut infertile.

« Je n’ai jamais été le fils parfait, négligeant mon éducation et préférant jouer avec les gamins des cuisines plutôt que m’entrainer à l’épée et me sociabiliser avec les autres héritiers des familles nobles, mais mon père ne m’en n’a pas tenu rigueur. Il pensait que je finirais par revenir sur le droit chemin de moi-même et en temps voulu, et que mon frère me protégerait en attendant.

« Mais finalement c’était plutôt l’inverse, c’est moi qui l’emmenait dans mes combines malhonnêtes, dans des bars peu recommandés, pour parier de l’argent sur les combats de chiens ou au poker. À chaque fois il se sentait mal pendant nos soirées et il m’en voulait après coup, mais il était quand même proche de moi et il revenait m’accompagner occasionnellement, en espérant me ramener à la raison. Peut-être qu’il avait peur qu’il m’arrive malheur ?

« Oh, mais c’était plutôt des autres qu’il aurait dû s’inquiéter. Mon père, lui, l’a découvert un peu après ma première fois, quand j’avais dix-huit ans. »

Evert leva les yeux au ciel, devenant soudain sombre et pensif. Son bras gauche pendait à ses côtés et son bras droit tenait toujours le petit couteau en l’air. Il s’agitait comme une menace, au rythme des mouvements de la main que Evert faisait distraitement en racontant son histoire. Il soupira comme un vieil homme habité d’une pensée nostalgique. Puis il se retourna vers la jeune femme et reprit son ton joyeux aussi brusquement qu’il l’avait quitté, un sourire sur les lèvres.

« Quand j’avais seize ans j’ai commencé par tuer des rats qui se promenaient dans les cuisines et les greniers, et puis des chats, de plus en plus gros. Je n’en ai parlé à personne, bien sûr, et personne ne m’avait jamais vu faire, je crois. Je les attrapais et je les cognais contre des murs, ou alors j’utilisais des couteaux que je volais aux cuisines et je les regardais s’agiter pendant que la lame s’approchait.

« Et puis, pendant une chaude nuit d’été, j’ai vu cette paysanne qui était seule dans une ruelle, après la nuit tombée. Il y avait une brise froide mais agréable et je me sentais transporté, dans un monde irréel et magique qui ne m’appartenait pas, un monde parfait, un peu comme dans les contes que mon père racontait à ma sœur, et j’étais affublé d’un grand pouvoir, surpuissant. Oh, elle devait avoir ton âge. Ça a été plutôt rapide, elle ne s’est pas trop méfiée comme j’étais seul et ne ressemblait pas à un voyou – j’étais bien habillé –, elle ne devait pas s’attendre à ce que je la rattrape et enfonce un couteau dans sa peau. Elle a crié et saigné, pendant que j’enfonçais la lame plusieurs fois en elle, que toute force la quittait à travers ses plaies et qu’elle n’arrivait plus à se débattre, mais personne n’est venu, à temps pour me voir ou la sauver en tout cas. Oh, quelle sensation de puissance. C’était mieux que tout ce que j’avais pu ressentir jusque-là.

« Et mon père l’a su, il a dû le deviner en trouvant l’arme du crime dans mes appartements. Je ne l’ai pas fait souvent pourtant, elles se comptaient sur les doigts de mes mains – enfin, avant que je sois transformé. Il a essayé de me changer, de me ramener à la raison, en m’emmenant voir des spécialistes, des médecins, des cultes, et il a cru réussir. Le reste de ma famille n’a jamais su, il a été plus discret que moi. Il n’a pas essayé de me marier à cause de ça, il préférait attendre, d’être sûr que j’étais devenu bien, afin de garder le secret pour nous. Ça ne me dérangeait pas vraiment, j’étais libre et sans responsabilités comme ça.

« Et un jour j’ai disparu pour de bon. Je pense qu’ils m’ont recherché et ils ont dû penser que je m’étais fait agresser et tuer à cause de mes fréquentations. Mon frère a dû s’en vouloir de ne pas m’avoir accompagné ce soir-là. Je ne sais pas ce que mon père a pensé : tant mieux vu que j’aurais pu amener le trouble et le déshonneur sur la famille ou bien de la peine ? Cela fait une décennie déjà, je ne sais pas ce qu’ils sont devenus comme je n’y suis jamais retourné.

« Mais la cruelle vérité était que l’on m’avait transformé, proie facile que j’étais, à trainer tard la nuit. Pas par de la crapule, parce que eux ils m’aimaient bien, je dépensais beaucoup et ils avaient la fausse impression que j’aurais pu les sortir d’embrouilles. C’était par des vampires – je ne savais même pas que ça existait. Ils voulaient des renseignements sur la noblesse et le moyen le plus simple d’y parvenir était de capturer un nobliau. C’est moi qu’ils ont choisi, ils m’ont même transformé pour que je sois plus serviable à leur cause et parce qu’ils pensaient que j’avais du potentiel – les Ombres m’aimaient bien.

« Je ne vais pas entrer dans les détails de ma transformation, c’était un moment assez humiliant… Et maintenant je suis là, à devoir les servir, et me nourrir. »

Il ne racontait jamais son curriculum à ses victimes mais cette nuit il s’était senti pousser par un élan de romantisme – ou plutôt ce qu’il qualifiait comme tel. Il porta son couteau à sa bouche par automatisme pour y sucer le sang, comme quelqu’un le ferait avec une fourchette, mais il était séché et déjà dénué de toute nourriture et il ne sentit que le froid de l’acier dans sa bouche.

Il baissa alors les yeux avec avidité sur le cou blessé et sanglant de sa victime bâillonnée. Il l’avait emmené dans une maison qu’il savait abandonnée, où personne ne pourrait jamais rien entendre. Attachée, elle était adossée contre un mur et tremblait. Elle était en train de pleurer. Elle allait bientôt le quitter.

« Ne pleure pas. Avec ton sacrifice tu vivras toujours à travers moi, mon amour. »

Il lui sourit avec tristesse, se mit sur ses genoux pour être plus à sa hauteur et ses dents plongèrent dans sa chair. Tranquillisée, elle arrêta de bouger. La chaleur de sa vie pénétra son corps froid et lui redonna de la puissance.

Toujours ensemble.




Hrp


Ton nom: Nyaki
Ton âge: 20 ans  
Comment as-tu trouvé le forum? Pas mal

Combien de temps penses-tu consacrer au forum? Je veux répondre dans les deux jours aux RPs, dans la semaine le cas échant. Et je passe pratiquement tous les jours sur le forum à voir ce qu’il y a de nouveau.

As-tu des commentaires: Est-ce que ça dort les vampires ? / Comment ça marche le système monétaire dans Merak ? (pièces de cuivre, argent, or et leur valeur un peu comme dans D&D ?)

Veux-tu un parrain/marraine? Oui, s’il vous plait, je suis perdu ;- ;
Quel est le code:Validé par Elena



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur Pirate
avatar
Messages : 308
Age : 27

MessageSujet: Re: Evert Royer [Validé]   Jeu 26 Fév - 11:22

Bonjour et bienvenu à toi sur Merak,

Bon et bien je n'ai absolument rien à redire pour ma part concernant ta fiche, je me suis fait une petite frayeur en voyant Ex-tueur en série, mais en lisant l'histoire qui est originale et agréable à lire, ça n'a plus lieu d'être. Un personnage fort "sympathique" pour les Reflets, je te donne donc la première validation en attendant le passage d'un second membre du staff.

Concernant le Parrainage, je suis à ta disposition si tu as éventuellement des questions, tout comme le restant du Staff si tu as une préférence particulière pour le Parrain ou Marraine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire Originel
avatar
Messages : 112
Age : 67

MessageSujet: Re: Evert Royer [Validé]   Jeu 26 Fév - 15:15

Hello,

je te donne ta seconde validation. Comme Theo je n'ai rien à dire, c'est du bon boulot Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Evert Royer [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evert Royer [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parrainages validés par le Conseil Constitutionnel
» La fusion! C'est validée par le CM aujourd'hui
» Pétition pour sauver les labos de proximité
» SMSL : le projet des salariés validé
» A Vous de Juger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des JoueursTitre :: Présentation des Personnages :: Validés-