AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La curiosité est un vilain défaut [Daraen] ABANDONNÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince d'Ekalesias
avatar
Messages : 75

MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut [Daraen] ABANDONNÉ   Dim 1 Mar - 13:34

Nathaniel s’éveilla d’un fin gémissement tandis qu’il s’étirait. Il se redressa, s’assoyant au centre de son lit. Le prince se libéra des draps soyeux qui tentaient de le garder prisonnier et posa ses pieds sur le sol froid de sa chambre. Il avança sans bruit vers sa commode mais lorsqu’il l’ouvrit, quelqu’un entra pour le vêtir. Étant donné qu’il avait développé une certaine habitude de se lever à la même heure la plupart des jours, il n’y avait pas de moyen de se sauver de l’habillement forcé. Il faut préciser que si ce n’était de cela, le prince aurait surement une allure des moins appropriées à un individu de son rang étant donné qu’il ne se souciait pas autant que le roi le souhaiterait de son apparence et cela l’avait poussé à instaurer cette routine matinière. Nathaniel s’abandonna aux soins des servantes, sachant qu’il ne pouvait s’en sauver.

Dès qu’il fut suffisamment présentable, l’héritier du trône put enfin retrouver sa liberté. Celle-ci étant relative puisqu’on lui avait déjà assigné une escorte, à même les murs du palais. Nathaniel salua avec courtoisie celles qui l’avaient vêtu et quitta leur compagnie pour aller chercher quelque chose à manger. Il bifurqua par la salle du trône afin de voir si ses parents étaient occupés, comme toujours. Bien entendu, les dirigeants du royaume étaient déjà en train de vaquer à leur fonction et le prince préféra ne pas les déranger. Il s’en alla aux cuisines et pris le temps de se remplir la panse, offrant aux gardes de quoi manger, ne serait-ce afin qu’ils cessent l’espace d’une seconde de le regarder…et pour qu’il ne soit pas le seul à manger, cela le mettait mal à l’aise. Il réfléchit à ce qu’il allait faire aujourd’hui; c’était l’un des rares jours où il ne devait pas suivre de leçons avec un de ses maîtres et comme ses parents étaient occupés, son horaire dépendait de lui seul. Il jeta un œil par l’une des fenêtres donnant sur la ville : le ciel était parsemé de nuages grisâtres, présageant une journée ennuyeuse, il allait probablement neiger et il devait faire un froid terrible. Le prince eut un bref frisson en y pensant. Il s’habillerait plus chaudement si jamais il avait à sortir, ce qu’il tenterait de faire étant donné qu’il n’appréciait guère passer ses journées entières à l’intérieur. Au moins, il pourrait lire étant donné la température qui s’annonçait exécrable. Malgré que pour le moment, l’envie de bouger tiraillait le jeune garçon qui, pour en ajouter, venait de dévorer une pâtisserie des plus sucrées.  C’est ainsi qu’il bondit sur ses pieds, surprenant les gardes, Nathaniel n’ayant presque pas bougé depuis quelques minutes. Se rendant compte de la chose, le gamin eut un sourire avant de leur adresser la parole d’un ton solennel.

« Chers gardes, si vous n’en voyez pas d’inconvénient, j’aimerais me rendre à la grande bibliothèque de Mordun. Le temps ne semblant pas clément, il s’agit d’une journée idéale pour bouquiner, cependant, je n’ai rien à lire ici. M’accompagnerez-vous jusqu’au lieu de mon désir?»

Les membres de sa garde se regardèrent entre eux, Nathaniel avait rarement la permission de sortir de l’enceinte du palais; s’il voulait dépenser de l’énergie à l’extérieur, il devait habituellement se contenter de la cour intérieure du palais, ou encore dans son «coin privé».  La reine l’autorisait, rarement, -et cela ne s’était pas produit depuis des lunes, à sortir pour se rendre à la grande bibliothèque, où il pouvait satisfaire sa curiosité et, plus souvent qu’autrement, il s’agissait d’un des endroits presque sacrés où le jeune garçon ne s’adonnait pas à des bêtises. C’est pourquoi les gardes adhérèrent à sa demande et l’on fit quérir un survêtement afin de protéger le prince du froid, celui-ci ne tenant plus en place. Il quitta prestement le palais et l’on avisa la royale parenté de sa position afin qu’il n’y ait pas d’inquiétude.

Ils traversèrent quelques rues en suivant le rythme aléatoire de l’héritier qui courait presque un instant pour s’arrêter quelques pas plus loin lorsqu’il apercevait quoi que ce soit qui puisse capter son attention. Quelques gros flocons chutaient doucement vers Mordun, la couvrant petit à petit d’un tapis brillant. Nathaniel aimait bien la neige, enfin, il aimait surtout la faire fondre. Bien qu’il trouva un certain charme dans cette matière blanche et froide, d’autant plus qu’elle lui permettait de se cacher lorsqu’il portait ses habits habituels. Le garçon attrapa quelques flocons sur le bout de sa langue, profitant du plein air malgré le froid qu’il avait redouté. Fort heureusement, il ne faisait pas aussi froid qu’il ne l’eut cru, ce qui ne semblait pas être le cas de quelques gardes qu’ils croisèrent; eux grelottaient péniblement en cherchant à se réchauffer. Le jeune prince s’arrêta devant quelques-uns comme le faisait parfois sa mère pour tenter de leur redonner du courage en affichant un grand rictus niais. Ils finirent néanmoins par arriver au lieu de la convoitise de Nathaniel; la grande bibliothèque de Mordun. En ces lieux, il semblait y avoir une quantité infinie d’ouvrages de tous les genres. Ils entrèrent donc et un courant d’air chaud frappa le visage des arrivants lorsqu’ils ouvrirent la porte, leur rappelant que le froid de l’hiver ne les épargnait pas malgré qu’ils ne fussent pas en Lathorie. Par les lunes, le prince ne pouvait même pas concevoir le froid qu’il devait faire en ce continent lointain. Les armures des gardes clinquèrent bruyamment dans le contraste lourd de la bibliothèque, malgré tous leurs efforts, les gardes ne pouvaient faire autrement pour se déplacer. Toutefois, on ne sembla pas remarquer leur arrivée, ce qui sembla plutôt étrange au prince car tout le vacarme généré par les six gardes composant son escorte aurait normalement, ou du moins, il semblait à Nathaniel, dû attirer le regard de quelques curieux. Le garçon n’était pas venu en personne depuis près d’un an et ainsi, il n’était pas certain de la manière de procéder. Bien qu’il fût prince, il ne voulait pas se montrer irrespectueux, c’est pourquoi il attendit quelques instants à l’entrée, lorgnant déjà des yeux les volumes qui se trouvaient dans son champ de vision, espérant que quelqu’un lui indique la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La curiosité est un vilain défaut [Daraen] ABANDONNÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut...
» La jalousie est un vilain défaut | Ahava&Heather
» Faut-il revoir le modèle d'intégration français ?
» comment leur expliquez-vous qu'il ne faut pas taper?
» les 100 films qu' il faut avoir vus dans sa vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes de Merak :: MerakTitre :: KandorTitre :: Ekalesias :: Mordun-