AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souverain Elfique
avatar
Messages : 30

MessageSujet: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mar 16 Juin - 0:00

An 900, vingtième jour du mois de février

Le vent s'éleva progressivement en ce début de journée, un vent d'est, tout droit venu du littoral. Ses cheveux argentés encore clairsemés de quelques mèches d'un blanc pur volèrent allégrement sous les douces brises matinales, glissant ainsi sur les traits fins de son visage telle la caresse aimante d'une mère. Ses bras tendus s'appuyaient sur le petit rebord de pierre qui ceinturait alors la délimitation du balcon royal, un perchoir privé et qui plus est, le plus élevé dans toute la Capitale. Un excellent point d'observation duquel l'on pouvait admirer Illis toute entière.

C'était un rituel quotidien nécessaire pour le souverain que d'observer tout ce qu'il avait acquis à ce jour. Et quand il faisait cela il ne pensait guère aux avantages annexes que sa fonction lui offrait, mais bien davantage au peuple elfique et à la confiance que ses pairs lui accordaient. Un amour inconditionnel le liait à ses administrés, tout autant que lui était lié à cet environnement depuis que quelques-uns de ses ancêtres, les Back'ashanme, avaient prôner le chemin d'un exil apaisant. Mais coupé dans son élan, l'on frappa à la porte.


- Entrez, dit-il avec une pointe d'autorité. Peiné de ne pouvoir dévorer des yeux ce pourquoi il était fier, il se détourna du panorama pour dévisager rapidement le garde d'élite qui s'était posté là, muré dans son propre silence. Un sourcil interrogateur se mouva ce qui permit à son interlocuteur de comprendre qu'il était autorisé à parler.

- Votre Majesté. Je suis navré de vous déranger de si bon matin, mais l'éclaireur Felagund demande audience auprès de notre souverain, promptement a-t-il précisé.

Pouvait-on réellement faire quérir un souverain de la sorte ? C'était certes culotté mais pas impossible venant d'un éclaireur car ces hommes étaient d'une nécessité absolue et d'une importance non négligeable pour le peuple elfique. Bien évidemment, tout Haut-Elfe était une perle scintillante en ce monde, la noblesse à l'état pur, mais les éclaireurs avaient pour Teraën une valeur supérieure. Un souverain se devait d'être au courant de tout, et ce, dans les plus brefs délais car c'est ainsi que l'on évitait de se retrouver dans des situations délicates.

Une bonne minute de silence venait de s'écouler alors que le garde attendait, les prunelles si particulières de la Luciole Argentée rivées sur lui. C'est souvent ce qui se passait chez Teraën, bien que tout à fait conscient il entrait dans une sorte de méditation légère, un état second que les peuples les plus primitifs qualifieraient de réflexion. Avaient-ils jamais eut à réfléchir d'ailleurs ? Une question qui resterait sans réponse. Pour le moment. Le bureau du souverain ne laissait qu'entendre les rafales du vent qui agitaient énergiquement les feuilles des végétaux alentours quand, toujours dans l'"ailleurs", il répondit au garde.


- Faites le mander, je vous prie, lâcha-t-il alors que déjà les idées fusaient dans son esprit quant à la raison d'une visite si matinale.

Un hochement de tête à peine perceptible et le garde s'en alla chercher l'intéressé. On pensait à tord que les gens obéissaient à Teraën par crainte comme c'est souvent le cas pour un Roi, mais il était davantage un berger qui protège son troupeau que les infâmes dirigeants bedonnants qu'avaient dû connaître quelques-uns des cinq royaumes.




Dernière édition par Teraën Brimastulë le Mer 24 Juin - 6:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éclaireur Elfique
avatar
Messages : 22

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mar 16 Juin - 3:35

Isil avait voyagé aussi rapidement que son entraînement et que son corps lui permettait. Lorsqu’il était chargé de transmettre des bonnes nouvelles, il pouvait se modérer quelque peu, mais une chose de cette ampleur devait parvenir au souverain le plus rapidement possible. L’éclaireur n’avait jamais profondément apprécié le fonctionnement lent du Sanctuaire, raison pour laquelle il avait préféré combattre dans la Lande plutôt que de méditer et réfléchir des années durant. Néanmoins, depuis qu’il avait rejoint les rangs de la milice elfique, il tâchait de se conformer aux normes de ce peuple qu’il avait jadis rejeté, assez ironiquement d’ailleurs puisque sa principale préoccupation étant devenue la protection des hauts-elfes et de leur territoire. Alors, pourquoi une nouvelle venue du Kandor méritait-elle autant d’attention? De un, parce qu’elle était affreusement mauvaise, de deux parce que cela signifiait un changement drastique dans l’inertie politique des humains. L’ancien guerrier de la Lande avait parcouru certes une certaine distance en un court laps de temps, mais ce n’était que grâce à la collaboration de divers éclaireurs et émissaires que cette information pouvait parvenir si rapidement au souverain elfique.

Toujours était-il qu’il revenait à Isil de transmettre cette triste nouvelle aux têtes pensantes du royaume sylvain. Qui aurait cru que les hommes seraient victimes d’un tel vice. Bien qu’il ne les tenait pas en haute estime, l’éclaireur devait admettre que les récents évènements étaient plutôt effrayant. Qu’on puisse tuer ainsi tant de victimes à divers endroits sans jamais être repéré démarquait soit un professionnalisme exceptionnel, soit d’une chose inconnu et terrifiantes. D’autant plus que les victimes n’avaient apparemment aucun lien entre eux, ce qui éliminait la théorie d’une série d’attentat contre les personnalités influentes des principautés. Il pénétra dans la capitale elfique sans avoir besoin de s’expliquer aux gardes en fonction, d’autant plus qu’il avait conservé sa vitesse de croisière, ne passant donc que brièvement devant eux. Il rejoignit sans peine le bâtiment principal et ce n’est qu’une fois arrivé devant les premières portes qui l’empêchaient de progresser qu’il s’arrêta, puisqu’il aurait tout aussi bien pu continuer jusque dans la chambre du souverain si la trajectoire lui avait été dégagée. L’éclaireur salua brièvement les gardes postés et fit savoir l’objet de sa présence; une audience avec le souverain. Il attendit de longues minutes avant de recevoir la moindre réponse, fort heureusement, le souverain était d’humeur à le recevoir, ça lui facilitait les choses.

Une fois entré dans la pièce, Isil salua poliment le souverain à la manière des guerriers de la Lande en retirant son masque, le deuxième geste représentant déjà un acte de respect plus que suffisant selon l’éclaireur, et se mit au garde-à-vous.

« Seigneur Brimastulë, j’amène de sombres nouvelles du Kandor. Les humains ont été frappés dans toutes les principautés par un assaillant insaisissable, faisant des multiples victimes. Les villageois paniquent et beaucoup affluent vers notre royaume pour trouver refuge. Des caravanes sont en provenance de tous les royaumes. La panique s’installe et les hommes s'attendent probablement à une assistance de votre part…»

Sur ces mots, il se tut, restant en position formelle, une autre habitude venant de son ancienne vie. Jusqu’à présent, le seigneur en place semblait avoir un bon jugement, il saurait probablement quoi faire avec ces nouvelles informations. Il se félicita encore une fois, intérieurement, de ne pas s’être impliqué davantage et d’avoir préservé son poste d’éclaireur. Beaucoup moins de responsabilités pesaient ainsi sur ses épaules et il n’avait pas à se soucier des relations politiques des hauts-elfes envers les autres royaumes. Isil espérait toutefois que leur souverain n’enverrait pas toutes leurs ressources au Kandor afin d’assister les principautés et alimenter ainsi leurs éternels conflits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souverain Elfique
avatar
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mar 16 Juin - 13:42


À peine moins d'une minute que le garde avait quitté la pièce Teraën aurait juré qu'un siècle venait de s'écouler. Il déambulait d'un pas lent, sur toute la longueur de son antre, les mains jointes et camouflées par son long manteau brodé de divers symboles dorés et argentés. Quand un éclaireur venait en personne lui délivrer des informations c'était soit, qu'elles étaient confidentielles soit, qu'elles avaient une importance toute autre et dans la théorie, qu'elles pouvaient avoir des conséquences désastreuses pour son peuple. Le temps des interrogations arriva à son terme quand, débarquant dans son bureau, l'éclaireur le salua et délivra les informations tant attendues. Il grimaça subtilement quand il le vit se mettre au garde-à-vous ; disposition militaire stupide inventée par les hommes dans le but d'indiquer qui devait respecter qui au sein d'une armée, du moins c'était une analyse personnelle, entre autre... Néanmoins il ne précisa rien sur ce point et laissa l'éclaireur s'exprimer.

« Seigneur Brimastulë, j’amène de sombres nouvelles du Kandor. Les humains ont été frappés dans toutes les principautés par un assaillant insaisissable, faisant des multiples victimes. Les villageois paniquent et beaucoup affluent vers notre royaume pour trouver refuge. Des caravanes sont en provenance de tous les royaumes. La panique s’installe et les hommes s'attendent probablement à une assistance de votre part…»

Il acquiesça clairement devant l'éclaireur, prenant ainsi le temps d'une réflexion expresse, puis enchaîna à son attention.

- Merci pour ces renseignements, Éclaireur Felagund. Il est plaisant de voir que certains après tant d'années continuent de servir les siens
, dit-il un soupçon d'émotion dans sa voix presque imperceptible. Les hommes semblent faire occupation favorite que de s'attirer continuellement des ennuis... et nous ne le savons que trop bien, quand l'équilibre de l'un est perturbé, inéluctablement à un moment ou un autre les autres seront touchés.

Il marqua une courte pause. Il manquait de détails dans tous cela, et il savait au combien chaque détail avait son importance dans ce genre de conflit. Il ne pouvait pas rester passif sur ce coup là, si les hommes n'arrivaient pas à identifier la menace et bien que les Hauts-Elfes étaient plus... cette fois-ci en tout cas il ne voulait pas surestimer son peuple. Tant qu'il n'en saurait pas davantage, s'entend. Croisant le regard doré de son interlocuteur il reprit sans plus de cérémonie.

- J'ai quelques questions. Vous n'aurez probablement pas toutes les réponses mais faites au mieux et avec le plus de détails possible, c'est important, dit-il légèrement plus froid qu'à l'accoutumée.

- Vous parliez des nouvelles du Kandor, dois-je en conclure que ces méfaits ne sont actuellement recensés qu'en terres kandoriennes ? Qu'entendez-vous par un assaillant insaisissable, il n'y a aucune trace des personnes ou créatures ayant perpétrées ces exactions ? Combien de victimes mortes et par quel procédé ?

Il le laissa répondre à celles là avant de poursuivre son interrogatoire.

- Et avez-vous pu estimé le nombre de potentiels réfugiés se dirigeant sur nos terres ?

Ses siècles d'expériences vécues lui permirent en quelques minutes d'avoir un plan fiable, à condition que les réponses à ses questions soient en accord avec ce à quoi il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éclaireur Elfique
avatar
Messages : 22

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mar 16 Juin - 23:06

S’il s’était attendu à cela en demandant une audience avec leur souverain, Isil n’aurait pas appréhendé avec autant d’énergie ce moment. L’homme vénérable commença tout d’abord à le remercier de ses années de service, qui arracha à l’éclaireur un remercîment sous la forme d’un hochement de tête, et, étonnamment, le souverain semblait partager un certain ressentiment envers les peuples du Kandor. Leurs yeux se croisèrent et l’éclaireur aperçut en un instant toute l’expérience et le savoir qui se terraient derrière ce noble regard; des siècles à travailler dans l’espoir d’un avenir prospère à leur peuple. L’ancien guerrier ferma brièvement les yeux en faisant appel à sa mémoire et ainsi répondre le plus adéquatement possible aux questions de son interlocuteur.

« Le nombre de victime doit s’élever à une cinquantaine à travers les cinq principautés pour l’instant selon les estimations de notre personnel sur le terrain… Les patrouilles humaines n’ont trouvé aucune preuve tangible, aucun témoin, aucune scène de crime. Les cadavres sont retrouvés dans des ruelles, derrière des maisonnettes isolées. Aucun lien n’a été tracé entre les cadavres retrouvés, comme s’ils étaient éliminés au hasard… ou par coïncidence. Toutefois, ils portent tous deux marques au cou, suggérant une morsure animale. Bien que je n’ai jamais entendu parler de créatures faisant preuve d’autant de hargne face aux hommes, une  meute de loup frappant un village spécifique est plausible, mais un phénomène de cette envergure.... D’autant plus que les animaux ont tendance à se repaitre de leur victime, ce qui n’est pas le cas. Heureusement pour le Sanctuaire, les seuls cas recensés sont situés au Kandor, ce qui les pousse à quitter leur demeure pour nous demander secours. Les réfugiés se comptent aisément par centaines… Ce qui me pousse à craindre qu’ils n’amènent ces prédateurs vers nos terres.»

Isil se tut afin de laisser le souverain assimiler cette première vague de réponse et en profita pour jeter un œil vers le balcon. Celui-ci semblait offrir une vue agréable sur la capitale et Isil remarqua que les soleils venaient à peine de se lever. Il n’avait pas réalisé qu’il était venu si tôt, mais cela importait peu.

« Il est probablement inutile de vous préciser que les hommes ont déjà jeté le blâme sur les thériantrophes… c’est-à-dire, le côté animal de ceux-ci. Ces hommes n’étaient pas nés lors de la Grande Guerre et pourtant, ils portent la rancune de leurs ancêtres…  Cela ne convient pas à ma position, ni à mon rang, mais nous devrions nous préparer à recevoir nos… ‘’Invités’’...»

Le dernier mot de l'éclaireur se voulut fort sarcastique et il ne cacha pas son dédain, ce qui lui arracha une moue qu'il effaça en se souvenant qu'il se trouvait en face de son souverain et que malgré ce qu'il avait sentit plus tôt, cela ne voulait pas dire qu'ils partageant le même opinion. La présence des humains aurait pu être tolérable si seulement ils avaient avisé avant de se déplacer en masse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souverain Elfique
avatar
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mer 17 Juin - 14:20


À mesure que l'éclaireur détaillait la situation le souverain semblait se transporter vers un au-delà totalement hors de portée pour quiconque n'avait pas son expérience sur le sujet. En effet, par le passé il avait servi en tant que diplomate le Haut Conseil de l'époque, ce qui forcément, l'avait amené à méditer de nombreuses fois. Parfois même en certaines occasions sensibles... C'était donc exactement ce qu'il faisait, il compartimentait son esprit de manière à en plonger une partie dans un état de réflexion intense tandis qu'habillement d'un autre coté il percevait parfaitement son environnement dont il appréciait les dernières paroles de Felagund. Bien entendu, seuls les Hauts-Efles capables de réaliser une telle opération psychique pouvaient reconnaître les autres confères qui en faisait usage à un instant précis. Cela dit le ton sur lequel le dernier mot de l'éclaireur avait été prononcé lui brisa sa période de méditation.

- Tout juste. Vous faites bien de le mentionner, ce sont nos invités. Même si cela ne semble pas vous réjouir, il en sera ainsi jusqu'à nouvel ordre. La population est toujours la première à paniquer, elle ne dispose pas des moyens personnels que chaque régnant a à sa disposition. La Lande fut régulièrement une terre d'accueil par le passé, aujourd'hui il en sera ainsi.

Le souverain semblait compréhensif quant à l'inquiétude d'Isil mais certainement qu'avec pas loin de quatre siècles supplémentaires il voyait les choses avec un peu plus de souplesse. Il s'installa à son bureau et prépara le nécessaire pour rédiger une missive tout en continuant de parler.

- Vous partez pour Tar'Ashaman, à la Citadelle du Levant plus exactement, affirma-t-il calmement bien que le ton permettait de juger de la détermination du souverain. Une compagnie de gardiens et leur commandant vous rejoindront sous peu afin d'assurer la sécurité des réfugiés, si certains n'y sont pas déjà. Votre mission s'achève en ces lieux, mais une fois sur le terrain vous serez mes yeux et mes oreilles.

Signant le parchemin qu'il avait sous les yeux il relava la tête et scruta l'éclaireur.

Tout est clair, ou vous faut-il d'autres précisions ?

Il avait déjà décidé du déroulement des opérations et pour l'heure, l'éclaireur n'était plus utile en ces lieux. Mais étant donné qu'il s'était donné la peine de fournir rapidement ces renseignements, il serait alors déployé pour cette mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éclaireur Elfique
avatar
Messages : 22

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Lun 22 Juin - 1:37

L’éclaireur n’en croyait pas ses oreilles; son souverain allait tout bonnement accepter que les centaines de réfugiés, qui convergeaient vers eux, infestent le sanctuaire? Une certaine lueur dans le regard de son interlocuteur trahissait une certaine compréhension des peurs d’Isil, mais il semblait obstiné à ouvrir les terres des hauts-elfes aux humains. L’ancien guerrier de la Lande ouvrit la bouche pour rappeler à son supérieur que c’était un tel geste qui avait porté le coup fatal à cet honorable ordre de guerriers qui avait longtemps protégé le Sanctuaire avant que celui-ci ne développe sa propre milice, mais le souverain se déplaçait déjà vers son bureau pour écrire un message quelconque, qui ne le regardait pas de toute façon puisqu’il avait déjà de nouveaux ordres.

Retourner à la citadelle du levant ne lui plaisait guère; était-ce là une punition pour son comportement agressif? Avait-il une leçon à assimiler suite à cet entretien? Son questionnement devrait toutefois attendre… Au moins, il ne resterait pas coincé dans la capitale elfique à se tourner les pouces tandis que les humains ravageaient l’Illithil. L’éclaireur se rassura toutefois en se disant que le souverain avait minimalement compris le rôle auquel Isil était accoutumé et savait bien employer ses capacités. Le regard des deux êtres sylvains se croisèrent et le plus jeune des deux se senti méticuleusement observé par son aîné. Sans ciller, l’éclaireur replaça son masque sur son visage et prononça quelques mots en guise de réponse.

«Mon objectif est clair, vous pouvez compter sur moi. Mais, avec le respect que je vous dois, tâchez de ne pas répéter les erreurs du passé.»

Sur ce, il salua le souverain et tourna les talons, s’il voulait arriver avant les premiers réfugiés, il devait faire se hâter…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souverain Elfique
avatar
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Lun 22 Juin - 10:23



Les dernières paroles de l'éclaireur incitèrent le souverain à relever la tête avant, cette fois-ci, de se retrouver nez à nez avec un masque de bois, ne laissant au souverain aucun moyen d'évaluer l'état d'esprit d'Isil. Il y a plusieurs années il aurait, à l'époque où un sang jeune coulait encore dans ses veines, répondu sobrement : "Je n'étais pas souverain à cette époque." Mais il voyait bien que l'éclaireur était inquiet pour le peuple boisé et les conséquences dévastatrices d'autrefois qui pouvait à nouveau se répéter. Une crainte parfaitement justifiée aux yeux de Teraën quand on savait que plus jeune l'éclaireur avait assisté à la chute des Guerriers de la Lande. Chacun avait son propre bouclier contre les épreuves de la vie, l'aîné supposa donc que son masque faisait office de défense, une barrière dissipant ses sentiments les plus profonds, et probablement une certaine rancune.

- Que nos ancêtres veillent sur vous, aussi longtemps que vous foulerez les terres sylvaines, Felagund, dit-il posément en vieil elfique et non pas en langue commune alors qu'Isil tournait déjà les talons.

Un instant Teraën resta immobile, en quête d'une minute de réflexion, ou était-ce plutôt dans l'espoir d'agir intelligemment ? En tous les cas il espérait grandement que ses directives n'allaient pas entraîner la fin de l'Illithil car les ordres inscrits sur cette missive créeraient probablement quelques troubles d'ici peu. Enfin, il roula le parchemin sur lui même qui formait alors un cylindre parfait, ceint en son tour par une fine et solide liane. Puis, il se saisit d'un pot suspendu au dessus d'une flamme qui séjournait là, à l'extrême droite de son bureau et en toute saison, qu'il inclina afin de ne vider qu'une infime partie du contenu. Une sève d'un vert kaki s'écoula du récipient avant de ne former qu'une vulgaire tâche sur la liane qui, après une légère pression effectuée à l'aide d'un minuscule rond de bois sculpté laissa ainsi le symbole du dirigeant des Hauts-Elfes, une fleur rouge d'eccremocarpe grimpant.

D'une grâce encore insoupçonnée chez le souverain, il claqua des doigts à deux reprises avant qu'un membre de sa garde privée ne se présente à lui, au devant de son bureau. Il y en avait toujours deux de chaque côté des doubles portes qui composaient la seule entrée possible dans cette pièce. Toujours à l'affût, ces Hauts-Elfes étaient l'élite issue des meilleurs Gardiens et Gardiennes de tout l'Illithil. Sa garde rapprochée n'en comptait d'ailleurs que huit tant ils étaient peu nombreux ceux qui pouvaient se targuer d'assurer la protection du souverain elfique. Pour Teraën cette mesure semblait inappropriée car il savait se défendre, excellemment bien d'ailleurs, mais le Haut Conseil avait insisté sur ce besoin à l'époque où il était devenu le dirigeant du peuple des bois.


- Portez ce message au Gardien Commandant Valis, elle saura quoi faire.

Tendant le parchemin il croisa intensément le regard du garde à tel point qu'on aurait pu croire qu'il sondait son âme. Alors que pas du tout. C'était un simple procédé qui s'était instauré entre lui et ses plus proches protecteurs, un simple regard assurant que le souverain croyait en eux et en leurs capacités. Bien que le port d'un message n'était pas l'une des tâches les plus ardues, c'est naturellement que l'opération se déroulait, et ce, quelque soit les missions assignées. Ne laissant rien paraître de ses émotions, le garde s'effaça derrière les doubles portes, avec pour unique et mince objectif que d'apporter le message à qui de droit.
Citation :
De nous, Teraën Brimastulë, Premier Souverain Elfique,
À vous, Narië Valis, Gardien Commandant,

Grave est l'heure et prioritaire est la sécurité de nos gens.

J'annonce que dès lors les frontières du Sanctuaire Elfique sont closes. Nul ne pourra y rentrer sans autorisation écrite, scellée et signée de ma main, excepté le peuple elfique. Les voyageurs en nos terres qui voudront en sortir seront libres de le faire quand bon leur semblera. Assurez-vous donc prochainement que des éclaireurs soient postés tout le long de la frontière de notre Sanctuaire, de manière à ce que vos hommes puissent être informés de toute présence, alliée comme ennemi, avant même que ces derniers n'aient atteint la dite frontière.

La situation en Kandor est inquiétante et déjà des centaines de réfugiés s'amassent et se dirigent promptement vers la Lande. Votre compagnie et vous irez à Tar'Ashaman pour assurer la sécurité des lieux. Divisez les groupes de voyageurs par quartier afin de limiter les risques de propagation de potentielles maladies et prenez avec vous quelques guérisseurs au cas où vous trouveriez quelconque résistance. N'emmenez que les vivres nécessaires à l'alimentation de nos hommes pour une durée de deux mois, s'il le faut des caravanes vous approvisionneront d'ici là.

Vous ne donnerez accès à la Cidatelle du Levant à aucune personne et sous aucun prétexte. Ce sera le quartier général des Gardiens et Gardiennes déployés là-bas et vous organiserez des patrouilles régulières, de jour comme de nuit, toujours constituées d'un minimum de huit personnes. Inutile de préciser que je ne veux pas d'effusion de sang, c'est une occupation pacifique et tolérée par votre souverain. Vous exilerez les plus turbulents.

Que nos ancêtres vous protègent,


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souverain Elfique
avatar
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   Mar 23 Juin - 15:44

[Role Play terminé.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le fluide vital, une boisson prisée. [PV : Isil Felagund] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fond de teint Select vs. Studio fix fluide
» MONSIEUR LE DG: enlevez le mépris de l'agent d'exécution
» cherche swatch du fdt fluide de MAC NW35
» un joli teint sans fdt fluide c'est possible?
» eye liner fluide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes de Merak :: MerakTitre :: IllithilTitre :: Le Sanctuaire Elfique :: Illis-