AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Conseiller
avatar
Messages : 14

MessageSujet: L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]   Dim 1 Fév - 11:12

Janvier de l'an 900



Dans les contrées humaines, l'hiver était plus froid qu'au Sanctuaire. Cela était principalement dû au fait que l'espace était beaucoup plus dégagé, le sol se refroidissant ainsi plus rapidement. Si l'escorte d'Adrel avait un peu greloté pendant le voyage à travers le continent, ce ne fut pas son cas, tout habitué qu'il était aux rigueurs du climat qui régnait chez les thériantrophes du nord. Ils avaient pu sentir d'assez loin qu'ils arrivaient à Mordun, la capitale d'Ekalesias. La mer adoucissait le temps, les grelots cessant avec l'arrivée du son des embruns.

Le plus urgent était sa mission. Il devait aller aux nouvelles rapidement. Sachant pertinemment le temps nécessaire à son peuple pour prendre une décision même dans l'urgence, plus vite les informations étaient transmises, plus vite les délibérations prendraient fin. Tout cela bien sûr s'il y avait une décision à prendre, ce qui n'était pas assuré. Marchant d'un pas résolu, il laissa ses hommes aux bons soins des domestiques de l'endroit et se fit annoncer. Les rois et les reines humains n'étaient pas faciles d'accès, aussi fut-il surpris lorsqu'on lui fit part que la dite reine le recevrait en personne. Il s'était préparé à rencontrer un diplomate, comme lui, mais aussi à attendre beaucoup plus longtemps avant d'être entendu.
C'est avec une parfaite connaissance de l'étiquette du royaume qu'il fit son entrée. Son Altesse Perséphone Rundel était assise à la place qui lui était exclusivement réservée, comme de coutume, et pouvait le voir avancer d'une démarche fière et pleine d'assurance, mais pas trop rapide. Une vitesse un peu trop grande aurait tôt fait d'attiser la vigilance des gardes, surtout vu le contexte actuel. Contexte qui l'avait d'ailleurs emmené jusqu'ici.
Il s'inclina, attendant d'obtenir le droit de parler. Et quand il l'obtint, il choisi de ne pas faire de détours. Il ne s'agissait pas de négociations, mais de parler d'un problème commun qui ne tarderait pas à se transformer en crise s'il n'était pas rapidement résolu. Les beaux discours n'étaient donc pas de mise.


"-Votre Majesté, Cet un honneur d'être reçu par votre illustre personne. Mon seigneur, le roi Teraën Brimastulë du Sanctuaire, m'a envoyé en votre demeure pour honorer l'amitié entre nos deux peuples. Etant au courant des tragédies sanglantes ayant eu lieu un peu partout dans le Kandor, il tient à s'enquérir de la situation et à vous assurer l'appui des elfes si le besoin s'en fait sentir. Je représente moi-même une première aide. Ayant parcouru le continent pendant 400 ans, mon seigneur a pensé que mon savoir pourrait éventuellement vous être d'une quelconque utilité. Je suis à votre disposition tant que vous le jugerez nécessaire.


Un peu pompeux dans la forme, mais très direct dans le contenu. Il espérait qu'elle ne se froisserait pas. Le principal problème dans les relations avec les humains, c'est que chacun d'entre eux réagissait complètement différemment dans une même situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine d'Ekalesias
avatar
Messages : 12
Age : 20

MessageSujet: Re: L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]   Mar 3 Fév - 17:43

Quelques jours avant l’arrivée de l'ambassade elfique, le souverain d'Ekalesias avait pris la décision de se rendre dans une des contrées voisines afin de se prononcer sur les événements dont la tournure devenait... Inquiétante. Respectant son choix, la reine demeurait cependant perplexe. Elle craignait que les principautés, encouragé par le désarroi de cette crise, réveilleraient des querelles raciales enfouis. Néanmoins, Perséphone fit le souhait de rester au royaume afin de garder un regard approfondis sur l’évolution de ces meurtres mais aussi de tenter d'effectuer une analyse objective de la situation. Il fallait certes se dépêcher d'agir mais les connaissances faisaient défaut et la reine refusait de tirer une conclusion hâtive tant que toutes les questions n'obtiendraient pas de réponses. Pour l'instant la priorité était de retrouver un royaume stable et sécurisé. Il fallait rassurer le peuple, faire en sorte d’écarter le danger le plus rapidement et... Mettre un terme géographique a cette expansion sanguinaire.

Quelques jours plus tard, une annonce fit la surprise de la reine. Une ambassade elfique était en chemin vers les terres d'Ekalesias, ces derniers désiraient rencontrer l'un des représentants du royaume. Se doutant du sujet qu'ils comptaient aborder, leur demande fut une source d’inquiétude pour la jeune femme. Elle craignait que leurs contrées étaient victimes eux aussi et que l'ampleur des dégâts n’en était que plus importante. Perséphone, déroutant les habitudes pris alors la décision de recevoir cette ambassade en personne. Passer par des conseillers et des négociateurs ne serait qu'une perte de temps, pour agir efficacement et prendre des décisions convenables, le titre de souveraineté était bien plus efficace.

Elle accueillit les elfes dans l'une des salles principales pour une audience privée, peu de membre de la cour pouvait y assister, la plupart des témoins de l'audience furent quelques conseillers et la garde de la reine. Lorsque l'audience commença, celle-ci fut surprise devant l’élégance et le charisme qu'ils dégageaient, on ressentait un respect vis-a-vis d'eux sans doute inspiré par leur longévité et leur aura. Perséphone avait rarement assiste a des rencontres entre elfes et humains, elles dataient de ses premières années de règne qui remontaient maintenant a un certain temps. L'ambassadeur présent révéla une parfaite connaissance de l’étiquette, Perséphone supposa qu'il avait du côtoyer des humains pour en être aussi fidèle.

"-Votre Majesté, Cet un honneur d'être reçu par votre illustre personne. Mon seigneur, le roi Teraën Brimastulë du Sanctuaire, m'a envoyé en votre demeure pour honorer l'amitié entre nos deux peuples. Étant au courant des tragédies sanglantes ayant eu lieu un peu partout dans le Kandor, il tient à s'enquérir de la situation et à vous assurer l'appui des elfes si le besoin s'en fait sentir. Je représente moi-même une première aide. Ayant parcouru le continent pendant 400 ans, mon seigneur a pensé que mon savoir pourrait éventuellement vous être d'une quelconque utilité. Je suis à votre disposition tant que vous le jugerez nécessaire.

La reine esquissa un sourire dissimulant un soulagement. Ainsi, leurs terres n'avaient pas été touchées, ils venaient en reconnaissance et proposaient leur aide.

- L'honneur est partagée, je vous remercie de votre présence en ces lieux; ambassadeur Umfraë. L’intérêt porté par votre souverain est apprécié et je suis ravie que cette amitié entre nos peuples ne se soit pas évanouis. Effectivement ces derniers temps sont sombres pour le Kandor et je crains que ce ne soit que le commencement. Les meurtres s'accumulent et de nombreuses disparitions sont signalées. Nous n'avons aucune idée sur l’identité de notre ennemi, du moins aucune certitude ou de véritable fondement. Inutile de le nier...

La jeune femme marqua une légère pause dans sa phrase, ferma les yeux pour les rouvrir avec une nouvelle lueur. Elle fixa le regard de son interlocuteur en signe d’honnêteté.

... Nous sommes impuissants. Ekalesias n'a pas encore été pleinement victime. La capitale n'a pas été atteinte et pour l'instant les premiers touches sont des frontaliers. Néanmoins sa ne serait tarder. Messire Umfraë, vous dites avoir voyage depuis plus de 400 ans.. Avez-vous déjà connus d’événements similaires? Seriez vous sincèrement, prêt a nous aider?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conseiller
avatar
Messages : 14

MessageSujet: Re: L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]   Dim 8 Fév - 7:51

Visiblement, la reine semblait partager son opinion quant à l'urgence d'une communication directe et rapide. Elle avait été encore plus franche que lui. Ce simple échange lui avait assuré son efficacité en tant que dirigeante. Elle avait rapidement analysé la situation et proposé une réponse adéquate. De son côté, en revanche, il ne disait pas tout. Sans mentir, il péchait par omission. Les problèmes du Kandor étaient déjà suffisamment importants sans qu'il vienne leur annoncer que les nombreux réfugiés humains partis pour le Sanctuaire allait mettre la courtoisie des siens à rude épreuve.
Son constat était le suivant: si la crise des royaumes humains était résolus, les réfugiés rentreraient chez eux et il n'y aurait pas à prendre d'autres mesures à leur sujet pour peu que l'enquête ne traine pas en longueur.

Adrel soutint le regard de la reine, ses yeux dégageant un sentiment d'assurance inébranlable, d'une confiance absolue en ses capacités. Il pensait sincèrement avoir un rôle important à jouer dans toute cette affaire. En fait, il était excité à l'idée d'enquêter, de mettre en pratique une vie d'étude dans l'espoir de maintenir la paix et l'harmonie en ce monde.


"-Je suis on ne peut plus disposé à me dévouer à la résolution de ce problème. J'ai vécu 100 ans au sein des royaumes du Kandor et j'ai quelques connaissances qu'il ne me plairait pas de voir assassinées. J'ai pour rêve que les peuples du monde arrivent à se comprendre et à s'écouter, car cela éviterait nombre de conflits."


Immédiatement après avoir terminé sa phrase, ses yeux se perdirent dans le vague, pris qu'il était d'une intense concentration. Un petit moment passa avant qu'il ne semble recouvrer ses esprits.


"-Pour ce qui est de l'affaire, j'ai peur de n'avoir jamais rien connu de semblable, et c'est bien ce qui m'inquiète. J'ai passé de longs moments à vivre avec chaque culture du continent, pirates exceptés, et je n'ai pas souvenir de séries de meurtres aussi intensives et sur un espace aussi large. J'ai bien quelques théories, mais je ne sais encore quasiment rien sur les victimes ou sur la façon dont elles sont mortes, aussi vais-je les garder pour moi afin d'éviter d'éventuelles fausses pistes dues à mon ignorance de la situation. Cependant, vu l'importance de la chose, il va de soi que ce n'est pas l'œuvre d'un individu isolé, mais ça vous l'aviez déjà compris, assurément. Si vous me permettez de participer à l'enquête, et dans la mesure du possible, il faudrait que je puisse examiner le corps d'une victime rapidement après son décès. J'ai cru comprendre que certains accusaient les thériantrophes du sud d'être les responsables, mais ce n'est pas leur genre. Les gens du sud sont beaucoup plus directs que cela, et j'ai bon espoir de trouver une preuve qui les disculperait. Une mésentente avec eux est bien la dernière chose dont vous pourriez avoir envie, croyez-moi."


Il s'arrêta soudain, comme s'il avait soudain eu une révélation. Il se gifla mentalement pour s'être laissé emporter. Lorsque son savoir était mis à contribution, il pouvait parler pendant des heures sans discontinuer. Bien que ce qu'il avait à dire était, de son point de vue, pertinent et intéressant, il savait qu'une reine était quelqu'un de très occupé et qu'elle n'aurait certainement pas la patience de l'écouter jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine d'Ekalesias
avatar
Messages : 12
Age : 20

MessageSujet: Re: L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]   Sam 21 Fév - 5:39

Les propos de l'ambassadeur prouvèrent a la reine que, contrairement aux précédentes audience, celle-ci permettait de développer une analyse intéressante, du moins l’espérait-elle. Le partage d'un même idéal par l'elfe ainsi que la reine assurait le désir de parvenir aux mêmes résultats. De plus, les précédents ambassadeurs que Perséphone avait rencontre était humains. Les rencontres ne tenaient d'aucune neutralité car personne n’était capable de prendre un recul objectif pourtant nécessaire. La jeune femme échangea quelques mots discrets avec l'un des conseillers qui sortit aussi tôt de la salle. Elle concentra de nouveau son attention sur l'ambassadeur, et s'exprima a son tour.

« Toute la race entière des Thérianthropes.  Aussi bien du Nord que du Sud comme ceux qui vivent parmi nous ou avec d'autres peuples, sont suspectée. Beaucoup supposent une alliance entre eux. Je ne tiens pas a remettre vos connaissances en cause néanmoins.. En tant que souveraine je ne peux me permettre d'exclure cette possibilité..  »

Les derniers mots avaient été difficile. Elle détestait sa position dans ces moments présents. Elle ne pouvait pas agir directement, quelle ironie de se sentir impuissante dans de tels conditions. Perséphone se redressa sur son siège, plus elle pensait a la situation plus elle avait l'impression qu'une guerre serait inéluctable.. Si cela se produisait  les conséquences seraient dramatiques.. Si il y avait peu de communication entre les races, cela suffisait pourtant a assurer la prospérité des terres de Merak.. Qu'est ce qui avait échoué ? Quand bien même si les thérianthropes n'y étaient pour rien, les tensions ne s’arrêteraient pas. Un morceau de confiance s’était brisé, coupable ou non, le doute était semé. Et avec ce flot de meurtre inexplicable, une rancœur s'installait petit a petit.. Les familles des victimes avaient besoin d'un coupable, d'accuser quelqu'un.. Si leur colère étaient compréhensibles, c’était tout aussi une menace. Des émeutes pourraient facilement voir le jour. La reine toussa légèrement afin d’éclaircir sa voix et reprit la parole.

«  Très bien, je vous accorde l'autorisation de vous joindre a l’enquête. Vous pourrez ainsi suivre son évolution et… Observez par vous même les corps des défunts. Faites votre propre analyse. De plus… »
Le conseiller partit plus tot venait de revenir avec un mains un document officiel. La jeune femme effectua un signe en direction de l'ambassadeur et l'homme se dirigea vers l'elfe avant de lui tendre le papier.
  «  De plus, ce papier vous donne un accès libre dans la plupart des salles du  palais qui ne sont pas accessible pour une personne de la cour. Vous pouvez ainsi circulez a votre guise. Il s'agit d'un laisser passer. Présentez le en cas de problème. Je tiens également a préciser qu'il n'est valable qu'en votre nom. »

Une fois le papier remit, la reine n'attendit pas la réaction de l'ambassadeur et continua son discours. Remettre un document de la sorte était chose rare. Néanmoins, la jeune femme avait une autre idée en tête.

«  … D'ordinaire, une simple autorisation suffirait pour vous mêler a cette enquête.  Néanmoins, ce papier vous permettra également de poursuivre votre enquête dans quelques endroits du royaume. Comme il semblerait que vous comptez passer un certain temps avec nous, je pense qu'il vous sera plus utile. En échange, j'aimerais que vous participer a une autre mission en parallèle. Voyez-vous, nous savons de source sure que certains agitateurs profiteraient de la situation afin de gagner en pouvoir et de déclencher la colère du peuple. Découvrez qui ils sont , les propos qu'ils utilisent, leur façons d'agir et leurs futurs plans. »

Les souverains avaient beau chercher a limiter la peur des habitants, certains au contraire, désiraient se servir de leurs effrois afin de gagner en puissance. Si le royaume était instable, ils seraient difficile de garder une situation stable. C'est pourquoi il fallait a tout prix trouver ces agitateurs.  

«  Rien ne vous oblige a accepter, néanmoins Ekalesias sera vous en être reconnaissante. Tant que cette crise n'est pas résolue nous devons absolument veiller a garder une relation de confiance avec les habitants du royaume. Vos connaissances sont précieuses, vous avez étudiés notre race, vous connaissez les moyens de raisonnement et de réactions du genre humain. Vous n’êtes pas le seul sur cette mission. Voyez cette demande comme une requête que nous serons prêt a vous rendre en temps utiles.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'humanité a encore des amis. [Perséphone Rundel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Commande par téléphone au MAC Pro de St Père..
» help!!que faire quand on est invité à manger chez des amis..
» ls amis de Bernay
» le veau amis ou ennemis ?
» Les Amis de la Section Marine du Musée Royal de l’Armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lunes de Merak :: MerakTitre :: KandorTitre :: Ekalesias-